Il ne s’agit pas ici véritablement d’une monographie. Mais à partir d’archives publiques ou privées, l’auteur nous invite à la rencontre d’un village de Basse Normandie, Échauffour, et des hommes et des femmes qui de près ou de loin ont participé à son histoire.

 

Cette histoire s'étend depuis le début du XIIe siècle jusqu'à l'époque contemporaine. Et pourtant, curieusement, les propriétaires du château n'ont appartenu qu'à deux familles seulement : de l'origine à 1740 puis de cette date à nos jours. Leurs noms varient bien évidemment car la transmission s'est faite très souvent en ligne féminine. Parmi ceux-ci figure celui du marquis de Sade car sa femme et sa fille y passèrent la plus grande partie de leurs existences.

 

De nombreuses illustrations accompagnent ce récit où l'Histoire et les histoires se chevauchent.

Les Medina d'Amérique latine. Histoire et généalogie : ce livre retrace l'histoire de cette famille depuis 1550 jusqu'à l'époque contemporaine.

 

Au XVIe siècle en effet, Gaspar de Medina partit d'Espagne à la suite du conquistador Francisco de Aguirre, pour s'élancer à la conquête du Nouveau Monde. En suivant ses pas, le livre aborde ce que fut la découverte de l'Amérique du Sud puis, avec les descendants de son troisième fils Diego, comment une nouvelle civilisation allait naître, fruit de la rencontre de la vieille Europe avec un jeune continent.

Après être "passée" par l'Argentine, l'Équateur, le Pérou, le Nicaragua, le Costa Rica et enfin le Guatemala, une branche des Medina (devenue Medina y Montalvo) se retrouvera au XXe siècle en Europe et aux États-Unis.

C'est celle-ci qui est étudiée dans ce livre.

 

De nombreuses images illustrent cette véritable saga.

Je gardais une vague idée amusée d’un manuscrit que mon père m’avait fait lire autrefois, intitulé Essai sur la police des ménages ou la nécessité de fouetter les femmes. 

 

En le retrouvant dans ses papiers après sa mort, j’ai pu vérifier qu’il s’agissait bien de l’immense canular dont je me souvenais et que son auteur, anonyme, avait voulu se divertir en se moquant de ses concitoyens.